samedi 4 avril 2009

Le vrai dissimulé dans du faux.


Toucher du regard…

  Il y a des regards qui nous touchent, une touche très soyeuse, câline et tellement agréable. Il y a des regards qui nous pénètrent l’âme, répandent une plage de désir et de plaisir. Un toucher qui pénètre le feuilleté de notre corps se propageant en  ondines électriques et enivrantes.

On se sent planer, voguer, voler dans cet espace regard.

 Regard vert océan, bleu azur, noir perlé,brun incendiaire... Plein d’amour et de tendresse est souvenir indilué.

Un regard parlant plus que toutes les paroles d’amour stéréotypées, paroles usées jusqu’à la flétrissure.

Dans ces moments magiques, les mots ne servent plus à grand-chose, il faut pister le flamant rose à l’envol, suivre les signes, le toucher divin.

Une plage de sérénité et de paix s’étend pour ceux qui savent déchiffrer les symboles. Malheur et peine certaine pour ceux qui cèdent l’oreille aux paroles jubilatoires, à l’extravagante virtuosité de tous les «  Nains » séducteurs…au faux regards qui ne voient que leur reflet dans l’âme de leurs proies consentantes.

 

Eros, Philia Agapè

Nain :bsr, nymphe est égale a femme irréelle et désirable par tout les males!!!! Alors que faire pour être à tes cotés et jouir de ta présence ???

 

Nymphe : épouse moi

 

Nain : juste une question sincère! Serais tu satisfaite avec un seul male ce qui ipso facto limite tes désirs et passions! Comme les femmes chaque homme est unique! Alors pourquoi se limiter a un désir quand tu peux partir en étincelles chaque jour avec des couleurs différentes...je sais que je suis brusque mais c la réalité! On ne désire pas ce que l on possède.....

 

Nymphe : tu parles de ta réalité et tu l'exprimes parfaitement bien. Tu n'es pas une femme, mieux, tu n'es pas moi. Alors cesse de me dire alors que tu ne me connais pas.

 

Nain : je ne demande qu a apprendre....et je n ai nullement cette prétention d avoir la science infuse! cela ne me plairait même pas!le bonheur c d être toujours surpris par de nouvelles choses, de nouvelles rencontres qui nous apprennent bien des choses sur nous mêmes...

 

Nymphe : bien dit! Croyez-vous en la Rencontre?

 

Nain : oh que oui....de la discussion peut jaillir l  étincelle de la séduction et de l extase! les ondes ne sont perçues qu en compagnie de l être désiré!!!

 

Nymphe : désolée, je viens de lire votre fiche, elle est tt sauf intéressante pour moi. 
Et pourtant, vous avez réussi à m'intéresser l'espace d'un laps de temps.
la chute et bien évidente.

 

Nain : j adore les hauteurs et je m y maintien avec grâce! Ce qui m importe le plus c de savoir ce que je suis!sans vanité ni prétention!il n y a que les différences qui enrichissent! Alors bon dial. encore

 

Nymphe : un homme marié pardi !

 

Nain : on ne désire pas ce que l on possède c connu…coté masculin ou féminin!!!.Le nier serait faire preuve de mauvaise foi!!!!

 

Nymphe : ou absence de foi ! L’amour n'est pas possession. Nous sommes des êtres de fuite.

 

Nain : du tout! Quand on sait ce qu on veut vraiment dans la vie!pour une fois je suis d accord avec toi que l amour c souvent faire de don de soi! Le réel bonheur c de trouver la félicité en donnant....l autre c le reflet de nous mêmes! Le bonheur donné revient tel un boomerang avec plus de force encore! Il m arrive parfois de jouir en recevant tel un tsunami l intensité du bonheur dans le regard d une femme comblée!

 

La nymphe s’est tue.  Elle laisse la parole aux visiteurs du pré kalimate ou au silence cosmique.

 

 

35 commentaires:

  1. Salut
    Vous avez un bon blog.
    Désolé de ne pas écrire plus, mais mon français écrit est mauvais.
    Un câlin de mon pays, le Portugal

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais rebondir, si tu le permets Taulière Lettrée, sur les regards et surtout sur le regard timide. Timidité comme peur de se voir dans les yeux de l'autre. Pis, une crainte de se découvrir à travers l'autre. Une non-confiance en soi ? Non, une peur de l'inconnu. Une peur de ces ténébres qui voilent l'Alcove. Le regard timide est incliné vers le bas, tellement bas que l'on croit que les trottoirs, tapis qui amortissent l'élan de soi, sont usés par les regards baissés. Que d'occasions ratées ! Et par ces temps qui courent, où le progrés nous améne à regarder l'autre au moyen de ses mots sculptés sur le marbre d'un écran, la peur des regards timides disparait subitement. Il n'est point de crainte que celle de la déception. Du songe, habitant le regard timide lui promettant monde et merveilles, qui s'évanouit. A cet instant là, la solitude est reine et l'absence de l'autre est vizir.

    dima...dans le vrai on s'épanouit

    RépondreSupprimer
  3. Quelle joie que de te retrouver Luis et de la meilleure façon qui soit. je t'assure, j'étais surprise en découvrant ton gentil petit mot. Merci pour ta gentillesse, ta chaleur médétérannienne et surtout l'acueil de ton pays loin, loin et pourtant si proche.
    reviens me visiter sans modération luis, cher ami.
    si mon portugais avait le quart de ton français... sourire de Marrakech.

    RépondreSupprimer
  4. شاعر الكاريان : لعروسي عمر

    أناسي أتي بكرة جنب الواد
    هناك حاكم وهنا فؤادى
    أقتربي مني راعية ذون العصى
    وإلا بيديك عذرا قاس
    أسرعت على سطح الماء خطابا
    فردي علي إني بعين الواد!
    إختف صوتك خلف الخرير ولا أراك ؟
    لخيالك مضيت ساعات ساعات أنادي
    نديتك حتى غروب الشمس والليل آتي
    فضل خيالك ينير الحلم في فؤادي
    غدا تشرق الشمس من جديد
    ويأثي ألحبيب كحصان في سباق
    كحصان يعبر حواجز صنعت للفراق
    أشار ألحاكم بالعصى من بعيد ينادي
    أناسي أرجعي لا تخرجى اليوم راعية
    واختفت وبيدها العصى وفهمت لهاعذر قاس
    قصة حبيب عن بعذ قصة أناسي
    لعروسي عمر

    RépondreSupprimer
  5. c'est bizarre que tu me parles dima du regard baissé qui rase les trottoirs. c'est aussi un symbole de soumission dans toutes les cultures. je me rappelle d'un Levy, "Baisse les yeux sarah", de ben jelloun, "les yeux baissés" et tant d'autres. pour Lamartine,
    Tes yeux sont deux sources vives
    Où vient se peindre un ciel pur,
    Quand les rameaux de leurs rives
    Leur découvrent son azur.
    Dans ce miroir retracées,
    Chacune de tes pensées
    Jette en passant son éclair,
    Comme on voit sur l'eau limpide
    Flotter l'image rapide
    Des cygnes qui fendent l'air !

    RépondreSupprimer
  6. Bienvenu le guide parisien et pourtant "weld lblad". je n'arrive pas à accéder à ton blog.
    ps: dima, j'ai dû faire maintes tentatives pour te répondre. (méandre de l'informatiques).

    RépondreSupprimer
  7. "c'est aussi un symbole de soumission dans toutes les cultures"

    Non, je ne parle pas de ce regard qui m'est et me sera étranger à l'éternel parce que je "hais" la soumission voulue ou pas de la Femme. J'adore le "répondant" féminin parce qu'il me permet de progresser et de connaitre mon autre féminin. Je parle du regard de la jeune fille "nubile". Je parle du regard de celle ou celui qui n'ose pas pénétrer l'antre de ses désirs. Je parle du premier "PAS". Regards bavards ou Regards timides. La différence ? les premiers s'épanouissent et les autres passent à coté de quelque chose.

    Je ne l'aime pas quand il parle de politique ou de géopolitique. Je ne l'aime pas quand il évoque son "alya" refoulée à travers ses dons au Tsahal. Mais j'aime l'écouter quand il chante cette chanson où l'auteur des "paroles" parle "trottoirs usés par les regards baissés" :

    www.youtube.com/watch?v=saHJu25Y6V4

    PS: Un grand merci au poète de Kariane pour ces mots que j'ai adorés :

    ...
    نديتك حتى غروب الشمس والليل آتي
    فضل خيالك ينير الحلم في فؤادي
    غدا تشرق الشمس من جديد
    ويأثي ألحبيب كحصان في سباق
    كحصان يعبر حواجز صنعت للفراق
    ...

    dima...dans les méandres des "kalimate"

    RépondreSupprimer
  8. c'est très poétique et tellement vrai

    RépondreSupprimer
  9. j'ai adoré la chanson, le jeux des regards, c'est tout simplement beau dima.
    n'empêche dima que tu as feint ignorer le dialogue de la nymphe et le nain.

    RépondreSupprimer
  10. Dima exprime idéalement cette caresse sans toucher que Kali sème en ménageant les fleurs.
    Aimer l'indissociable en un voeu à l'abeille, en l'étonnement d'observer une mouche noire butiner la rose courbant sous le poids de sa survie sur tige.
    Amour qui fuit la voltige et veille à l'Autre sans se vautrer, tel ce nain compromis,dans un reflet d'ombre.
    Que ne donnerait-on pour s'endormir le ventre creux et le coeur rassasié ?
    Que qui pèse le silence s'astreigne à aimer, il goûtera l'impuissance du pouvoir.
    Kali l'audacieuse, certains mots effacent le rupestre des gravures comme l'élève essuie l'ardoise...

    RépondreSupprimer
  11. Doudou, quelle douce visite!sois la bienvenu(e) comme lutin ou fée du prè kalimate.
    contente qu'on ne fait pas que dans les discours "creux" et la broderie des paroles!

    RépondreSupprimer
  12. Sacré Yug, le "idéalement" est sujet de doute dans ma perception des choses de la vie. Je suis sur et certain que tes mots diront plus et peut etre mieux à propos du "toucher du regard". Toujours content de caresser tes paroles avec mon regard.

    Taulière Lettrée, je n'ai rien éludé si ce n'est que je trouve que dans chaque homme existe un nain et que la nymphe a mis la barre trop haut pour pouvoir partager un bout de chemin avec elle. Une nuit ou une vie, quelle différence après tout ?

    dima...sous l'emprise de l'ignorance

    RépondreSupprimer
  13. Dima, je compte les minutes qui me rapprochent du rapt du rat insolent que mes mots défigurent.
    Les tortures et supplices sont une passerelle agréable vers La Vie Réelle.
    Encore faudra-t-il me rattraper car je cours atrocément vite lorsqu'il s'agit de bondir au dessus des trappes.
    Voilà peut être pourquoi, quoi que nain par essence Kalinienne, il m'est ardu de m'imaginer m'arrêtant "pour la vie" quelque part.
    Sauf chez Kali, son pré s'accorde merveilleusement bien à un ultime duel sans fleurets mouchetés... A balles réelles !

    RépondreSupprimer
  14. Kalimate, je pense qu'il est temps de te dénuder et de nous offrir le fond de ta pensée concernant le "deal" d'Eros. Les balles fusent et la cible-nymphe nous rit à la figure quoiqu'elle soit touchée par la profondeur de la sincérité du Male.

    Yug, c'est vrai que les trappes font jaillir en nous cette impression de ne plus s'appartenir à soi-meme et ma foi "plutot de vivre en Elle que de vivre qu'avec Elle" serait le fin mot de l'histoire de la nymphe et du nain.

    dima...au harem des sentiments

    RépondreSupprimer
  15. pardon dima, je suis fièvreuse et mon délir qui ne délire pas n'est pas complet et donc je reviens à lacharge.
    Eros c'est le manque et c'est la passion amoureuse. Selon Platon "ce qu'on a pas, ce qu'on est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour".
    c'est l'amour qui prend, qui veut posséder et garder. la passion ne dure que dans le manque, le malheur et la frustration. Dieu c'est ce qui manque absolument. comment un amour sans la foi serait-il heureux?
    Il lui faut aimer ce qu'il n'a pas et souffrir, ou avoir ce qu'iln' aime pas (puisqu'il n'aime que ce qui manque) et s'ennuyer... il n'y a pas d'amour (eros) heureux.
    voilà pourquoi j'aime la philosophie, elle porte l'amour en son nom (philosophia, amour de la sagesse).
    Eros, Philia,Agapè: l'amour qui manque ou qui prend; l'amour qui se réjouit et partage; l'amour qui acceuille et donne.
    tous les trois sont necessaires, et pour comprendre le processus qui les lie, lisez André Comte-Sponville.
    N'oubliez pas de mater mes vidéos en bas de la page. un amour sans conditions. clin d'oeil kalimien.

    RépondreSupprimer
  16. Ne me sont pas étrangéres, tes dernières assertions. Il y refléte un parfum de l'interessant et célèbre "Le banquet" :

    fr.wikipedia.org/wiki/Le_Banquet_(Platon)

    J'ai "aimé" tes vidéos et donc Merci Kalimate.

    dima...Bon début de semaine

    RépondreSupprimer
  17. Je viens de prendre connaissance de ton blog de tes discussions avec le Nain .. Tu es géniale rima , toujours égale à toi même :-)
    simo Moh

    RépondreSupprimer
  18. Finalement le grand Simoh rejoint mon pré des lutins heureux!
    ravie de te lire quoique j'aurais aimé te lire en arabe là où tu excelles là où ton verbe étincelle.
    merci pour "perspicace", je continue sur le même chemin, je n'en connais pas d'autres.
    amitiés et tendres pensées pour ta famille.

    RépondreSupprimer
  19. Désolé de m’inscrire à défaut devant ce joli récital, ma contre vérité commence devant ce poulet rôti tout nu qui baigne dans une sauce entouré de btata o zitoune, ni le regard ni même le toucher ne peuvent apaiser mon appétit pervers

    Le mythe
    Par qui le scandale arrive

    RépondreSupprimer
  20. Quel plaisir de voir le Mythe retrouver le pré kalimate! est-ce la voix des sirènes qui guide ton navire ;le toucher du regard de la nymphe ou est-ce le bel mentir?
    sachant qu'avant tout le mythe est à la fois vrai et faux!
    mythos = le merveilleux/ logos= le sérieux le raisonnant!
    l'appel des origines? le vrai dissimulé dans du faux est mon intitulé. fort de coïncidence tout cela.

    RépondreSupprimer
  21. Le Mythe !
    Le "Consumateur" en personne grata se pourlèchant les babines en visant les cuisses !
    T sûr que C T pas de la poulette aux hormones ?
    Si je dis ça, moi, c juste que quand C un coq, il suce la sauce et vu le prix de la patate, on la sert pour cacher la différence de "trouffion"...
    (Oulala, je sens que kali va m'éjecter !)

    RépondreSupprimer
  22. Un autre scénari pour aguicher le mythe et contrer sa contre-vérité :

    Une brune épicée, dont les plantes de pieds et les paumes des mains sont mosaiquées par du henné, le khol sculptant un joli sourire sur son visage avenant, lui sert le tagine du poulet/patate/olives.

    Je l'imagine dèjà commencer par le dessert et finir le plat consistant.

    dima...amateur de sieste crapuleuse

    RépondreSupprimer
  23. Mourir de rire! dima et yugurta vont faire fuir mes autres lutins!
    je sais que le mythe mentionne un autre poulet, que kb à jeun n'a cessé de toucher du regard et de fantasmer ... bien avant l'ère du "toucher du regard". je ne me rappelle plus sur quel blog je l'ai lu! forcément le mois de ramadan.

    RépondreSupprimer
  24. Kalimate. Je viens de faire mon premier atterissage aerien sur ton blog. J'avoue que ce fut doux et agreable les secousses des kalimates. En effet, ton texte m'a particulierement interpelle. Je me fie toujours aux yeux et rien qu'aux yeux, que ce soit homme ou femme. Ce n'est qu'une fois touché par le regard, que je me permets de laisser glisser discretement le mien vers les boobs (autre partie du corps qui merite de longs essais philosophiques). Je reviendrai souvent.

    RépondreSupprimer
  25. très joli pseudo kaliméro! tu me rappelles mon enfance et ce petit poussin "noir" bizarre, je l'aimais bien ce petit bout de choux avec sa voix tendre et enfantine, courageux et toujours prêt pour l'aventure...
    tu seras toujours le bienvenu kaliméro.
    pour les beaux oups, lance la machine et on verra ce qu'il en résulte!

    RépondreSupprimer
  26. Tiens bon ………

    Contre toi le vide… je me bas ou contre moi…
    Dans ton espace je n’existe pas
    Je ne sais plus -je ne sais pas
    Respecter ton silence
    Ou contrer ta puissance
    Tu m’entends, réponds moi !

    Moi le vide parti de rien,
    Tu me rends célèbre, tu me fais du bien
    Bâti par ta conscience pour briser ton silence

    Pour bâtir des liens je te crée autour de moi
    Et je crie, tu n’es donc rien? tu ne réponds pas ?
    Je savais par ta mauvaise réflexion,
    Tu ne feras pas l’écho de ma voix
    Ton cri ne me parvient pas

    Dans ton espace je prends mon temps,
    Je t’écouterai pour bien longtemps
    C’est toi le maître de mon existence
    Pour montrer qu’on a bien des liens
    Lis le mot de la fin…

    Prenons la plume avec une seule main
    Ecrivons : « aimons ces fous », … les poètes de demain




    Aomar Laroussi

    RépondreSupprimer
  27. Les fous ont du charme …
    à six ans, je me suis trouvé
    dans un puits, difficile à croire !
    à 50 ans, je voulais revivre cette histoire
    entre nous qu’est le fou Mhammed ou toi Omar ?


    http://video.google.fr/videosearch?q=mhammed&hl=fr&emb=0&aq=f&aq=f#q=mhammedd&hl=fr&emb=0

    RépondreSupprimer
  28. waw waw! et il chante aussi le lutin physicien. qd est-ce qu' on pourra te lirr sur ton blog père omar?

    RépondreSupprimer
  29. Le poeme me plait beaucoup. Je rejoins kalimate. On aimerait en lire davantage

    RépondreSupprimer
  30. C déjà un miracle que cet illustre homme ait giclé cet embryon émancipé !
    Je ne suis guère surpris de l'hommage à Kali.

    RépondreSupprimer
  31. J'ai aimé ton blog, voila ce qui arrive quand on est bien orienté par une personne qui a bien parler de ton blog :)

    je suis nouveau ici mais je compte bien le squalté :)

    RépondreSupprimer
  32. sois le bien venu agharass ! je te somme lutin du pré kalimate.

    RépondreSupprimer
  33. La Plume a ses raisons
    الريشة لها دوافعها
    ليس من قافية أشد كرامة
    لتحسب فى الوجود
    إذا لم تكن ملك لكم،
    رميت للريح العابر،
    هاته القوافي، هاته الأ يام، هاته أللوازم
    لا وجود لها
    بذون ذفعة ريح ينقضها !
    الريشة لها دوافعها،
    إ ذا القلب أصبح لها سندان...

    RépondreSupprimer
  34. La Plume a ses raisons
    الريشة لها دوافعها
    ليس من قافية أشد كرامة
    لتحسب فى الوجود
    إذا لم تكن ملك لكم،
    رميت للريح العابر،
    هاته القوافي، هاته الأ يام، هاته أللوازم
    لا وجود لها
    بذون ذفعة ريح ينقضها !
    الريشة لها دوافعها،
    إ ذا القلب أصبح لها سندان...

    RépondreSupprimer
  35. merci omar de ta contribution à enrichir mon blog.

    RépondreSupprimer